Les Poyas

Poya est un nom féminin, emprunté du patois fribourgeois (région de Gruyères en Suisse), qui signifie « montée ». Au fil du temps, il indiqua la « montée en alpage », le nom de la transhumance des les Alpes suisses.

Poya de Sylvestre Pidoux Cliquer pour agrandir
Poya de Sylvestre Pidoux
Cliquer pour agrandir

Depuis le XIXe siècle, la Poya est aussi une peinture, souvent d’art Naïf, qui représente  cette transhumance. A l’origine, ces peintures étaient exécutées par des autochtones sur des planches en sapin de plusieurs mètres qui se fixaient sur les frontons des granges. La première serait datée de 1840.

Sur les premières poyas, le troupeau couvrait la totalité de la surface. Il y avait parfois un chalet, une ferme ou un arbre ou une ébauche de montagne mais les éléments ne sont là que pour suggérer le lieu de l’action.

Aujourd’hui, cette tradition est encore présente dans les régions proches de Gruyères, certaines sont plus petites et décorent l’intérieur des chalets.

Sylvestre Pidoux (1800-1871), charbonnier originaire de Vuadens, est considéré comme le premier peintre du genre, et ses compositions en ont fourni un modèle durable bien qu’évolutif, reflètant les modifications de l’économie alpestre et de la sélection du bétail.